Enseigner la conduite automobile en temps de pandémie

Enseigner la conduite automobile en temps de pandémie
De g. à d. : Samuel Vachon, directeur adjoint, Marcel Vachon, vice-président et Lise Champagne, présidente-directrice générale. / Crédit photo : EnBeauce.com

 

Vachon École de conduite supérieure, qui offre des cours dans quatre municipalités de la Beauce, a dû dès le mois de mars revoir sa manière d’enseigner en raison de la COVID-19. L’entreprise a également un plan pour la reprise de leurs activités dès que le gouvernement leur en donnera l’autorisation.

Le directeur adjoint et copropriétaire de l’école, Samuel Vachon explique qu’ils ont su rapidement s’adapter. Ils ont pris contact avec le Cégep de Beauce-Appalaches à Saint-Georges pour avoir des conseils concernant les cours en ligne. L’entreprise a été assistée et formée par l’établissement scolaire afin de pouvoir offrir leurs services à distance. D’ailleurs, il ajoute qu’il est toujours possible pour les gens de s’inscrire.

« Le monde peuvent débuter même s’ils n’ont pas encore leur permis et veulent commencer leur cours ils peuvent les faire aussi. On est devenu avec des signatures électroniques, des livres pédagogiques sont livrés directement au domicile par Purolator à la maison. C’est devenu en tant que tel 100 % sans contacts. Tout se fait par téléphone ou par les plateformes Web. »

Un plan de relance déjà prêt

Les responsables de l’école ont déjà rencontré la semaine dernière leurs employés de manière virtuelle pour discuter des mesures qui seront prises dès qu’ils reprendront du service.

« Les équipements de protection sont déjà achetés puisqu’on s’attend déjà à certaines choses. Exemple, les masques ça va être obligatoire pour le client et le formateur. Les désinfectants sont achetés également, les désinfectants pour les voitures sont achetés, on les a en main. »

En ce qui concerne la reprise des cours, ils vont prioriser les élèves qui devaient passer leur examen en mars-avril. Vachon ira dans l’ordre d’obtention du permis d’apprentis conducteurs. Samuel Vachon mentionne qu’il leur faudra faire la vérification des freins de tous leurs véhicules qui n’ont pas roulé depuis deux mois, mais cela est de l’entretien standard pour toute bonne entreprise.

Les employés seront présents

Le directeur adjoint ne s’inquiète pas qu’ils seraient en mesure de rattraper le retard qu’ils ont pris dans les dernières semaines, car « toute son équipe est pas mal présente pour le retour. » Si les opérations peuvent reprendre en juin, ce sera un avantage, car les élèves ne seront pas à l’école et les formateurs pourront enseigner le côté pratique dans le jour.

« Selon nous, on va être capable de quand même rattraper le retard rapidement. C’est sûr et certain où est-ce que ça peut coincer ça va être les examens à la SAAQ. On va voir ce que ça va donner là-dessus. Il va avoir une pression un peu partout selon moi. »

De plus, il indique qu’il ne faut pas non plus négliger certaines étapes de l’apprentissage et que si le gouvernement décide d’ajouter des règles plus strictes aux écoles de conduite cela pourrait les ralentir. Par exemple, s’ils doivent aérer la voiture pendant 15 minutes entre chaque élève cela ajoute un deux heures dans la journée.

Reprise des examens à la SAAQ

Pour le moment, la SAAQ pourra reprendre que les examens théoriques qui ont été annulés en mars et en avril en raison de la pandémie. Pour l’examen pratique, la société regarde toujours à trouver une solution pour permettre la reprise en respectant la distanciation sociale.

 

Article original publié le 5 mai 2020

RETOUR AUX NOUVELLES


© 2020. Vachon école de conduite supérieure et Ste-Marie inc. Tous droits réservés     |     Plan du site

Agence Team